Chenilles processionnaires - un danger pour les hommes et les animaux

Ces chenilles d'une longueur d'environ 5 cm se métamorphosent plus tard en papillons de nuits gris (Thaumetopoeinae) de la famille des Notodontidae. Il existe différentes espèces de Notodontidae. Dans les régions du sud de l'Europe, on trouve surtout la chenille processionnaire du pin maritime, respectivement du pin sylvestre, en Allemagne plutôt la processionnaire du chêne.

Au printemps, dans les régions concernées, on peut voir de grands nids blancs cotonneux entre les branches des pins. Il s'agit là des nids dans lesquels les larves des processionnaires se développent. Les nids de la processionnaire du chêne sont moins voyants, ils sont sur le tronc ou dans les fourches des chênes. Les nids peuvent avoir une longueur jusqu'à 1 m.


Chenilles processionnaires du pin maritime

Chenilles processionnaires du chêne

Avant la métamorphose et quand les jours se réchauffent, les chenilles quittent leurs nids la nuit pour s'alimenter. Elles se déplacent en file indienne d'un mètre ou plus. C'est pour cela qu'elles s'appellent "processionnaires". Mais on peut aussi les observer durant la journée. Vers la fin du printemps, elles partent à nouveau en file indienne jusqu'au sol, où elles se séparent et se transforment en chrysalides.


Chenilles processionaires

Les poils fins de la chenille contiennent un cocktail de toxines, en premier lieu de la thaumétopoéine qui déclenche, même lors d'un contact léger, des réactions allergiques. Chez l'homme ils peuvent provoquer de fortes irritations de la peau, des allergies, de l'asthme etc.

Si, par curiosité, un chien touche les chenilles, elles dispersent un poison qui brûle fortement sur la peau. Pour apaiser la douleur, le chien va se lécher la patte et le poison attaque alors les muqueuses de la bouche et occasionne de graves lésions.

Les chiens, en se promenant le nez parterre et en flairant le sol sont en grand danger étant donné que leurs muqueuses de la bouche et du nez son extrêmement sensibles. Si le chien touche une telle chenille avec le museau, il risque de souffrir en un rien de temps d'empoisonnements lourds et de brûlures sur le nez et dans la bouche.

Les poils urticants de la processionnaire se détachent facilement et peuvent aussi être projetés en cas de danger. Leur poison reste longtemps actif, il peut se propager par le vent et il est de ce fait également dangereux en d'autres saisons que le printemps.

Quelques exemples:
Un West Highland Terrier en Espagne était tout à coup complètement apathique et ne voulait plus ni manger ni boire! Il commençait à trembler et sa langue était enflée. Malgré une visite chez le vétérinaire, le petit chien s'est battu pendant toute une semaine contre la mort et il a perdu une partie de sa langue. Un Labrador également n'a survécu que de justesse et il a aussi perdu un bout de langue.


Dans la région de Lausanne (Suisse), une femelle Bouledogue français a aussi été infectée et des parties nécrosées de sa langue et de ses lèvres ont dû être enlevées. Elle est également restée une semaine à l'Hôpital des Animaux à Berne.

Les poils peuvent aussi être dangereux s'ils arrivent dans les yeux.

Une rencontre avec ces chenilles peut être un danger mortel pour le chien. S'il frotte son nez et sa bouche sur le sol, s'il a de la mousse autour de la bouche, si sa langue ou sa tête enflent rapidement, la possibilité est grande qu'il soit entré en contact avec elles. Comme premier secours, on peut essayer de verser de l'eau sur les endroits atteints. Mais attention, il faut éviter personnellement tout contact avec les endroits concernés!

Le contact avec les chenilles processionnaires est une urgence médicale absolue et il faut aller immédiatement chez un vétérinaire.

Si l'on se trouve dans une région où des nids sont visibles dans les arbres, il faut attacher le chien ou mieux encore, quitter l'endroit.

Plus d'info: http://www.apsana.info/fiches/commun/chenillespro.htm


Top

www.suisse-bully.ch
03.02.2014